En ligne ou en magasin, la problématique des achats est un sujet de discussion qui revient fréquemment parmi les membres de la ligue des ombres à paupières.

« Un article qui se veut sérieux ? Sur le blog de Flo ? Pas possible ! »

Des prémices du lèche-vitrine à nos jours, nous allons étudier les tenants et les aboutissants des achats.
Cet article sera divisé en trois étapes : Thèse, Photosynthèse et charentaise.

Mettons donc nos pantoufles, pour la première étape de notre petit tour du monde

Les achats en magasins

A lire certaines expériences, il semble clair que cela peut être une montagne de complexité que de contrôler sa nervosité.

Pourquoi donc ?
La peur de réveler son identité secrète ? La peur de passer pour un type louche ? La peur de tomber sur quelqu’un que l’on connait ? Où bien les vendeuses foutent les jetons ? (Faut dire qu’elles sont souvent des anciennes combattantes d’élite prêtes à vous mettre du plomb dans l’aile).

Suivant les types d’enseignes, je gère et je ressens cela assez différemment.

De manière plus cartesienne, on peut découper les magasins, dans le thème en plusieurs catégories :

  • les magasins orientés esthétismes (parfum, maquillage)
  • les magasins de fringues mixtes
  • les magasins de fringues féminins
  • les magasins de sous-vêtements
  • les magasins de souliers (oui, cher père noel, mes beaux souliers)
  • les instituts de beautés

Voici mes anecdotes et mes conseils. (il y a des vrais conseils dans le tas, je préviens !)

Le magasin de sous-vêtements

Je suis rentré une seule fois dans ma vie seul dans un magasin de sous-vêtement.
J’ai commencé à faire le tour en reluquant un peu tout. J’avais le mauvais pressentiment que l’on me prenait plus pour un pervers que pour Prévert.

La vendeuse vint finalement me voir (en même temps, j’étais seul dans la boutique).
« Puis-je vous aider ? »
« Je cherche des chaussettes, coupe féminine »
« … Désolé Monsieur, nous n’en avons pas »

Bref, je ne saurai pas aider sur ce point. Faut dire que c’est pas trop mon truc. Je préfère un boxer qui maintient bien.

Mais à quoi ça peut bien servir…

Les magasins de fringues féminins (uniquement)

Mim, Morgan de Toi, les enseignes ne manquent pas.
Personnellement, pour quelqu’un hésitant, je ne conseille franchement pas en tant que premier boss de la série à faire tomber.

La dernière fois où je suis allé chez Morgan, la porte n’était pas encore fermé qu’une vendeuse m’a sauté dessus me demandant ce que je voulais. J’étais en panique complet.

Les magasins mixtes

Si vous avez les jetons, c’est le style de magasins que je vous conseillerai. Surtout s’il y a du monde. Les vendeurs seront plus occupés et les gens vous ignoreront, supposant que vous êtes accompagnés vu la foule.

Bizarrement, je n’ai aucune gène dans certains magasins, question d’habitude surement.
En revanche, je déteste me faire harponner par les vendeuses
« Vous cherchez ?  »
« Bah, des fringues ? »
« Mais encore ? »
 » J’en sais rien. J’ai pas fait ma liste des courses »

Problématique suivante : L’essayage

Astuce de sioux pour l’essayage : Prendre à la fois des fringues femmes et des fringues hommes (5 ou 6 trucs différents) quand vous allez en cabine. Ca passera inaperçu (en théorie)

Astuce de sioux 2 : Acheter à l’aveugle et profiter du temps de rétractation pour changer éventuellement de taille.

Dernière problématique : L’achat en caisse.

De part mon expérience, je n’ai jamais eu de cas où la vendeuse pensait que c’était pour moi (du moins, qu’elle l’ait montré)
On a plutôt le droit à un simple :
« vous pouvez dire qu’elle a 30 jours si cela ne va pas »
« surtout demandez lui d’essayer avant de décrocher l’étiquette »

En vrai, il m’est arrivé une fois où la vendeuse m’a dit : « La robe, je suppose que ce n’est pas pour vous ? Enfin, ça pourrait faire un style, à voir »

Les magasins de souliers

C’est un peu comme les magasins mixtes. Le soucis, c’est qu’il n’y a en général pas de cabine d’essayage. Et s’il n’y en a pas, j’avoue acheter un peu à l’aveugle au niveau de la taille.

Il faut faire attention :

  • aux chaussures à matière dur. Les chaussures ne s’adapteront jamais à votre pied
  • aux bottes. J’ai les mollets fin, et il y a quasi toutes les chances que je nage dedans

En dehors de ça, je me loupe rarement.

Les magasins orientés esthétismes (parfum, maquillage)

Phase maquillage :

Si je dois vous conseiller de l’aide sur un point, c’est pour le choix du fond de teint.
Notamment pour la couleur. Le seul problème, c’est que l’on risque de vouloir vous vendre un fond de teint à faible couvrance.

Pour éviter les vendeurs, il y a le rayon beauté des supermarchés où vous serez plus tranquille. Mais la qualité n’est pas forcement top (enfin, ça dépend ce que l’on cherche)

A moins de faire un renouvellement constant de votre look ou de vous maquiller tous les jours, une fois que vous aurez les bases, vous aurez rarement besoin d’en racheter.
Il faut cependant savoir que certains produits sèchent, et qu’il faudra les renouveller alors que le bazar est à moitié plein.

Phase parfum :

Personne n’est étonné qu’un homme cherche un parfum dans le rayon femme. C’est assez classique comme cadeau.

Conseil général : Je préfère les parfumeries qui ont vu sur la rue. Cela me permet de sortir pour sentir les parfums. Je suis incapable de sentir correctement en intérieur

Seconde étape

Les achats en ligne

Toutes les grandes enseignes sont désormais passés sous l’égide des sites internet commerciaux.
Plus ou moins bien développé, les sites ont au moins l’avantage de bénéficier de l’absence d’un face à face face avec une vendeuse insistante.

A portée de main se présentent les chaussures, chaussons, chaussons au pomme, tartelette à la framboise… Heu non, qu’est-ce que je raconte !

Bref, grâce aux sites des grandes enseignes, il est possible de remplir un panier imaginaire. Un panier imaginaire qu’il est déconseillé d’acheter sous peine d’exploser son budget tissu pour le mois.

Il y a globalement trois problèmes inhérent au système :

  • on évalue mal la taille sur les photos
  • on évalue mal la qualité, l’épaisseur et le touché du tissu
  • c’est plus galère à renvoyer

(NB : Attention aux produits « chinois » qui taillent plus petits)

Personnellement, je n’achète en ligne que si :

  • je n’arrive pas à trouver l’article en vrai
  • il n’y a aucune plus-value à l’acheter en direct
  • les prix sont abusement bas.

Les prix bas, ça joue pendant la période où on cherche un peu son style. Qu’est-ce que j’aime, qu’est-ce qui rends bien ? Difficile de le savoir sans acheter un peu à l’aveugle tout un tas d’article.

Sacré casse tête !

Conclusion

C’est Noël, il faut se faire plaisir !

(Allez, je vais faire l’effort d’écrire une vrai conclusion)

Après une étude poussée, nous avons pu démontrer que les problématiques étaient nombreuses et variées. Le contraste inhérent à la vision du monde indivisible qui conditionne nos égaux ne peut que…

(En fait, j’en ai marre, je vous laisse faire votre propre conclusion, restriction budgétaire oblige)

Ciao !

Catégories : AstucesMode

7 commentaires

Elena · 21 décembre 2015 à 13 h 10 min

Encore un article top , qui explique cette problématique d’achat , pas évident surtout quand on débute . J’ai du mal a acheter en boutique , même si j’ai réussi a acheter du rouge a lèvres récemment , mais j’ai prétexter que c’était pas pour moi donc encore une technique de sioux 😀

    Flo · 2 janvier 2016 à 9 h 17 min

    D’ailleurs, je t’aurai conseillé de prendre directement un box à maquillage pour éviter de passer 50 fois à la caisse.
    La qualité n’est pas forcement super, mais il y a de quoi se trouver un style, avec plein de fards, plein de blush, des crèmes eyeliner, brillant à lèvres.

    Mais t’as eu une box de compèt’ pour les fards 😀

Stefi · 21 décembre 2015 à 22 h 39 min

Super Article,
Merci Flo pour le partage des expériences. Les achats ne sont pas forcément très simple, la pression, la peur…

    Flo · 2 janvier 2016 à 9 h 18 min

    Merci Stefi.

    Qu’est-ce qui te fait le plus peur ? Dans quel genre de condition ?

lilyblinz · 2 janvier 2016 à 16 h 17 min

Super article, bien détaillé. C’te classe !
Pour la petite info, quand tu cherches une paires de botte, il y’a souvent la largueur de la tige indiquée quelques part, pour un botte qui galbe bien le mollet, une largueur de 36 est nickel, en dessous, faut avoir des cotons-tiges en guise de jambe ^^

Allez à plouche !

Karine · 9 janvier 2016 à 21 h 25 min

Salut Flo. Je parcours régulièrement ton blog avec des articles toujours tip-top.
Encore un super article.
J’avoue qu’au début j’allais plutôt sur Internet maintenant je préfère aller en boutique dans les heures creuses (à l’exception des chaussures, difficile de trouver avec mon bon 43). De toue manière, l’objectif des commerçants est de vendre leur produits, la plupart se fichent complètement de votre vie privée.
Je pense que le tout est de trouver des boutiques qui correspondent à son(ses) style(s) et où on se sent à l’aise avec le commerçant. Certaines boutiques où j’ai l’habitude m’accueille maintenant avec un sourire complice.

Vivement les prochains articles.
A+

Garance · 6 octobre 2016 à 10 h 23 min

Hello,

Vraiment sympa ton blog Flo.

Cet article résume bien nos difficultés. Les miennes sont multiples car récentes. Je n’ai pas encore trouver mon style dans tous les domaines ce qui amplifie certains questionnements (taille, essayage, retour, …).

Hormis pour les articles à essayer sur place, je vous conseille de faire quelques premiers achats simples pour prendre de l’assurance, et après cela ira tout seul. 🙂

J’avoue que pour ce qui est de la lingerie, je n’ai jamais eu aucun problème. Tiens, ça aurait dû m’intriguer à l’époque … Bon j’avoue, je devais être cramoisi la première fois en sortant d’un magasin. 😉
Idem pour les vêtements « classiques », pas de souci.

Pour en ligne, Flo, tu as totalement raison (qualité, taille, matière), mais j’ajouterais, encore plus sur des sites généraliste tel que Amazon.
Je vous invite à regarder certains sites européens (néerlandais, anglais ou allemand par exemple) qui vont très loin dans les infos de taille. Du coup, il est très rare de se tromper. Dans un style rétro, il y a par exemple TopVintage ; leur « Fit Advice et Size Guide » sur chaque produit est d’une précision incroyable.

Mon plus gros problème, ce sont les chaussures (45, tu as de la marge Karine 😉
Pour cette taille, il faudrait que j’essaie. Autre solution : la vente en ligne avec retour gratuit (ex : Sarenza). Mais bon, le choix et le prix …

Bonne journée

Répondre à Garance Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *